Ecrire pour le web : les étapes indispensables pour devenir un rédacteur web efficace

14 juin 2023 - Emma Delattre
SEO
23489 vues

12 minutes

Rédiger sur le web ou sur papier, une réelle différence ? La réponse est oui. 

La manière d’écrire n’est pas la même sur ces deux supports, internet a ses propres règles de rédaction et nous allons vous expliquer pourquoi.

Si vous envisagez de créer un blog, la création de contenu sera votre meilleur allié !

Il est important de tout mettre en œuvre pour optimiser la rédaction de vos pages web, car il s’agit du premier contact entre vous et le visiteur de votre site.

L’objectif est double : 

👉 Donner au lecteur l’information qu’il recherche

👉 Et le convertir en client

Voici quelques conseils qui vous aideront à améliorer votre rédaction sur internet...

Écrire pour le web : les étapes préalables

Avez-vous pensé à rédiger une ligne éditoriale ? Ce document vous permet de mettre en place un fil conducteur pour votre blog et vos contenus.

Si vous voulez produire un contenu qualitatif et optimisé, n'hésitez pas à suivre ces quelques conseils, avant de commencer vos rédactions web… 👇

Choisir sa requête principale

La première étape, avant même de débuter la rédaction du contenu, est de déterminer quel mot-clé sera mis en avant dans le texte.

En effet, il est préférable de choisir une thématique générale et un mot-clé principal.

Pourquoi ?

Pour éviter aux moteurs de recherche de se perdre dans vos contenus. Si vous insérez trop de mots-clés différents sur la même page, Google risque de ne pas comprendre l’intention de rédaction; et par conséquent, votre article ne sera pas référencé de façon optimale, dans les résultats de recherche.

Pour choisir sa requête principale, il existe une méthode très simple.

Tout d’abord, il s’agit de se mettre dans la peau de l’utilisateur : que taperiez-vous dans la barre de recherche pour trouver l’information recherchée ?

Il existe également des outils pour vous aider à trouver vos mots-clés, tels que Google Ads, ou encore SEMRush. Ces services en ligne vous donneront une idée du volume de recherche de votre requête, et vous permettront de savoir à quel point celle-ci est concurrentielle. 

💡 Notre conseil : utiliser le principe de la longue traîne

Il s’agit d’une méthode qui consiste à se positionner sur des requêtes plus précises, et donc moins utilisées par les concurrents. 

Les mots-clés, dits “génériques”, sont très prisés, et donc très concurrentiels. Par conséquent, il est très compliqué de se positionner dessus. De plus, certaines pages sont référencées sur ces mots depuis plusieurs mois, voire même plusieurs années. Elles ont donc acquis beaucoup d’autorité, et seront extrêmement difficiles à déloger.

L’idée est donc d’aller chercher des requêtes plus concises (souvent plus longues). Ainsi, l’internaute que vous ciblez sera à un niveau de maturité plus élevé (c’est-à-dire plus proche de l’achat), et la concurrence sera plus faible.

longue traine

Source : SEOQuantum

Travailler le champ lexical des mots-clés

Maintenant que vous avez choisi votre requête principale, il est temps d’élargir le champ lexical que vous utiliserez dans votre contenu. 

En 2013, l'algorithme de Google, Hummingbird (ou Colibri), a fait prendre un tournant à la rédaction web. 

Désormais, le moteur de recherche ne prend plus uniquement en compte la requête principale de la page, il considère aussi tout l’univers sémantique autour de ce mot-clé.

Il est donc primordial de trouver aussi des requêtes dites “secondaires”, c’est-à-dire des expressions ou des mots-clés, complémentaires ou synonymes de votre requête principale.  

Il est confortable d’en avoir environ 5 pour un contenu, afin de disposer d’un univers sémantique suffisamment riche. 

Mais comment faire ?

Par exemple : 

Pour une requête principale telle que “website builder”, les requêtes secondaires peuvent ressembler à “logiciel de création de site”, “outil pour créer un site”, et bien d’autres encore.

L’essentiel est de ne pas reprendre les termes exacts de votre requête principale, mais de choisir des mots ou expressions qui s’en rapprochent, et qui veulent dire la même chose. 

Vous pouvez également vous inspirer de ce que proposent vos concurrents. Mais attention ! Il vous faut repérer leurs erreurs, et éviter de reproduire des pratiques qui ne sont pas les bonnes.

💡 Cela peut tout de même s’avérer être un bon moyen de trouver du contenu lorsque vous êtes en panne d’inspiration.

Le guide pour rédiger sur le web

Après avoir pris soin de bien choisir ses mots-clés, et s’être assuré que ceux-ci sont viables, il est temps de s’attaquer à la rédaction proprement dite. 

Pour vous aider, nous vous avons listé toutes les bonnes pratiques, qui vous permettront de devenir un rédacteur web efficace.

Savoir structurer son contenu

Pour rédiger un contenu de qualité, il est important de savoir le structurer avant toute chose. 

👉 Pour améliorer la lisibilité

👉 Pour augmenter son positionnement dans les moteurs de recherche

Pour structurer un contenu, vous pouvez utiliser les éléments suivants :

  • Les titres (H1, H2, H3)

  • Les sous-titres

  • Les paragraphes : courts, 1 idée = 1 paragraphe

Ces éléments vont permettre de hiérarchiser votre contenu, et le rendre plus lisible, mais aussi faire en sorte qu’il soit bien positionné sur les moteurs de recherche.

Travaillez les titres et sous-titres. Ils doivent synthétiser le contenu de l’article et des paragraphes. 

Si l’article est long, n’oubliez pas de rédiger un chapô : souvent écrit en gras, c’est un résumé de votre article. 

Pensez que la plupart des Internautes ne lisent que les hauts de page (on dit que le regard de l’internaute forme un F), puis ne font que balayer le texte, le lisant en diagonale. 

Un bon rédacteur web doit donc savoir attirer l’œil de son lecteur, dès les premières lignes.

La structure d’un article doit être claire et évidente. Il est donc important de prioriser l’information. Pour cela, il est possible d’utiliser la méthode de la pyramide inversée

C’est-à-dire écrire son contenu de la façon suivante : aller de l’information la plus importante à la moins importante. 

pyramide inversée

Source : https://steveaxentios.ch/

Écrire pour le web : aller droit au but

On dit que 81% des internautes lisent le premier paragraphe alors que seulement 32% d’entre eux liront le quatrième (étude Nielsen Norman Group).

Il est donc primordial d’aller droit au but, lorsque l’on écrit pour le web, et que l’on produit du contenu pour son blog. D’où la méthode de la pyramide inversée. 

Généralement, les internautes viennent chercher une information rapide sur une page, et ne restent que très peu de temps sur un article, par exemple.

Il est donc important de répondre rapidement à la requête principale, avec une écriture simple et synthétique.

Le mieux est d’être dynamique : privilégiez les phrases courtes (environ 20 mots), un vocabulaire accessible et limpide, et un style direct et concis. Évitez également de mettre trop de mots de liaison, qui ralentissent la lecture et alourdissent votre texte.

Soyez également attentif à la longueur : un article trop long risque de décourager le lecteur, avant même qu’il n’ait commencé à le lire. Un article trop court, à l’inverse, aura des chances d’être mal indexé par Google, et témoigne d’un manque d’informations.

Généralement, une page web doit au moins faire 1500 / 2000 mots, pour être bien positionnée par Google.

Favoriser la lisibilité

La lisibilité est un facteur primordial pour le lecteur. Rédiger un contenu web ne nécessite pas seulement des informations intéressantes, il faut aussi considérer les contraintes liées aux différents supports numériques. 

Sur le web, les facteurs de déconcentration sont nombreux : 

  • Reflet des écrans

  • Temps de chargement de la page

  • Taille du support

  • Scrolling

  • Etc...

Pour lutter contre ces aspects, il est important de mettre l’accent sur la lisibilité des articles.

Pour ce faire, de nombreux d’éléments sont à prendre en compte.

Tout d’abord, la structure du contenu : on l'a vu, elle est primordiale et aide énormément à produire de la clarté. L’organisation du texte doit être parfaitement optimisée, quel que soit le support utilisé par le lecteur.

L’affichage doit s'adapter à tous les dispositifs connectés au web (ordinateur de bureau, mobile, tablette…). On appelle cela le responsive design.

Au niveau du visuel, il faudra veiller à la couleur, la typographie et la taille de police du texte. 

Faites notamment attention à ce que : 

  • Les couleurs des lettres et du fond de votre page contrastent bien,

  • La typographie soit lisible (préférez une fonte sans empattements) 

  • La taille de la police soit adéquate.

Il est également important d’aérer son contenu : pensez donc à faire des retours à la ligne quand cela est nécessaire, à insérer des sauts de ligne, etc.

Pour ce qui est de l’illustration de l’article, c’est aussi une étape-clé dans la lisibilité de votre contenu.

Une page bien illustrée, avec de jolis visuels est toujours plus plaisante à parcourir qu’un long bloc de texte. 

Veillez néanmoins à la taille des images pour qu’elles n’empiètent pas sur votre texte. Et prenez en compte la ligne de flottaison (c’est-à-dire l’endroit de l’écran où l’utilisateur sera obligé de commencer à scroller).

Pensez à bien répartir le texte et les images dans vos articles, et à choisir avec soin des visuels de qualité, en rapport avec votre contenu. 

En résumé, un bon rédacteur web saura rendre son contenu clair et agréable à lire pour les utilisateurs.

Penser SEO et UX

Maintenant que vous avez rédigé votre contenu web avec soin, il est temps de penser à son référencement

En effet, un bon rédacteur pour internet se doit de réfléchir au SEO et optimiser son article en conséquence - vous pouvez par exemple en actualiser le contenu régulièrement.

Dans cette même optique, l’UX (ou expérience utilisateur) est importante, car c’est ce qui fera que le lecteur restera sur votre page et cela aura un impact sur votre taux de rebond, et donc votre référencement.

L’objectif est de renforcer votre positionnement SEO sur une thématique précise. Pour cela, la technique du cocon sémantique est excellente.

Qu’est-ce que la méthode du cocon sémantique ?

Il s’agit d’une méthode de référencement qui vise à optimiser le maillage interne par classification sémantique des pages mères, sœurs et filles.

Il faut organiser scrupuleusement ses contenus, aussi bien hiérarchiquement, que par proximité thématique.

L’objectif sera donc de lier entre elles, les pages qui abordent des sujets similaires.

Une fois ce maillage effectué, il vous est également possible d’ajouter des liens externes à votre contenu. C’est-à-dire des liens pointant vers d’autres sites internet.

Outre cela, il existe d’autres éléments à prendre en compte pour le SEO et l’expérience-utilisateur : 

👉 Le titre de votre article : il doit être accrocheur, donner envie de lire la suite du texte. Pour cela, utilisez l’émotion, la précision (en donnant des chiffres par exemple), la référence culturelle, ou encore quelque chose d’insolite qui piquera la curiosité.

👉 Le ton de votre texte : il s’agit de l’intonation que vous donnez à vos écrits. Celui-ci doit s’inscrire en cohérence avec votre marque. Il peut être humoristique, amical, pédagogique, formel ou informel, dynamique…

👉 Les balises HTML: ce sont des éléments de code destinés à mettre en forme les contenus. Par exemple, les balises <strong> déterminent les mots en gras dans un texte, ils ne doivent pas être trop nombreux et se rapprocher des mots-clés définis auparavant. Et les balises Title et heading (<hn>) servent à structurer, à l’aide de titres et sous-titres hiérarchisés.

👉 La longueur des articles : la taille d’un article compte beaucoup pour le référencement naturel. Un article trop court ne sera pas apprécié par l’algorithme de Google. Il est plus judicieux de produire moins de contenus, mais très qualitatifs et plus complets.

👉 La balise alt sur les images : cette balise spécifique aide également au référencement. Les moteurs de recherche peuvent avoir du mal à comprendre un fichier média qui ne contient pas de texte, c’est pour cela qu’il est utile de les aider, grâce à cette balise.

👉 Title / URL / Meta description : ces trois champs nécessitent d’être optimisés pour le SEO, afin d’être mieux positionné dans les moteurs de recherche.

Le titre doit préciser votre proposition de valeur, le but de l’article. La meta description doit attirer l’utilisateur, et lui donner envie d’en lire plus sur le sujet.

Rédiger pour le web à l’aide de l’intelligence artificielle

Impossible de l’ignorer : les logiciels IA ont récemment envahi la toile… 🤖

De nombreux services en ligne basés sur l’intelligence artificielle vous permettent désormais de créer du contenu automatiquement.

Ils peuvent être d’excellentes sources d’inspiration, et également vous débarrasser des tâches de rédaction les plus répétitives comme les fiches-produits ou les méta-descriptions.

Certains rédacteurs IA intègrent également des fonctionnalités d’optimisation pour le référencement.

⚠️ Veillez cependant à relire attentivement et à améliorer les textes produits : ils peuvent manquer d’originalité, de fiabilité et de précisions.

Rédaction web : les astuces en plus

Vous savez maintenant (presque) tout sur la rédaction pour le web !

Mais nous avons encore quelques astuces en plus pour faire de votre contenu web, un contenu de qualité... Restez avec nous ! 🚀

La valeur ajoutée d’un contenu

Faire du contenu c’est bien, mais faire un contenu de qualité, c’est encore mieux !

Le content marketing est une pratique de plus en plus utilisée par les entreprises, et la concurrence se fait rude. Il est donc nécessaire de se différencier, et d’apporter une valeur ajoutée à ses contenus web, en rédigeant des articles de qualité.

Ces derniers ont un impact important sur les décisions d’achat des utilisateurs. En effet, les consommateurs ont généralement des attentes précises lorsqu'ils viennent consulter une page web.

Il est donc important de répondre précisément et rapidement à leurs interrogations, pour éviter la frustration. Vous pourrez même leur apporter encore plus que ce qu’ils sont venus chercher, grâce à votre valeur ajoutée. 

Un contenu qui ne répond pas aux attentes de l’utilisateur peut nuire à votre crédibilité. Pour cela, veillez à ce que votre texte corresponde bien à votre titre, car c’est ce qui a incité le lecteur à cliquer. 

Un bon contenu web doit apporter des informations utiles à l’utilisateur, en adéquation avec ce qu’il cherche ! On le sait tous, les besoins des consommateurs évoluent constamment, c'est pourquoi, vous devez essayer de suivre les grandes tendances numériques.

Inciter le lecteur à rester sur votre site

Le but d’un contenu internet réside tout d’abord dans la transmission d’informations, mais il a pour objectif final de convertir les lecteurs. 

Pour inciter les visiteurs à rester sur votre site, le maillage interne fera très bien son effet dans un premier temps. Le lecteur clique sur un de vos liens, et se voit redirigé vers un autre de vos articles.

Ainsi, il se familiarisera avec votre marque et appréciera votre manière de rédiger, le contenu de vos pages et l’aspect qualitatif que vous lui apportez. 

Les boutons d’appel à l’action sont également un très bon moyen de convertir les utilisateurs.

Aussi appelés calls-to-action (CTA), ils contrastent avec le reste du texte, et proposent une manière de poursuivre la relation avec le lecteur à travers une action (visionnage d’une vidéo, téléchargement d’un document, abonnement à une newsletter, etc.).

Pour résumer, plus un utilisateur reste longtemps sur une page, plus il sera apte à revenir ou à terminer son parcours par un achat.

L’après-publication de votre contenu web

Votre contenu est au top, vous l’avez désormais publié.

Que faire maintenant ?

Après la publication d’un contenu de qualité, il est intéressant de le diffuser. Cette diffusion peut se faire à travers différents canaux : 

  • Les réseaux sociaux

  • Une newsletter

  • Votre site web 

  • Des vidéos

  • Etc...

Pour cela, vous pouvez établir une stratégie de diffusion, afin d’optimiser au mieux la façon dont vous allez communiquer autour de votre rédaction web.

👉 Le dernier point, et pas des moindres : l’analyse des retombées. 

Une fois votre contenu publié et diffusé, vous devrez suivre et analyser les données que vous récolterez. 

Il existe un bon nombre d’outils tels que : Google Analytics, Google Search Console… pour récupérer et étudier les statistiques de vos articles.

Ainsi, vous pourrez avoir une idée de ce qui fonctionne, ou non, et de ce qu’il faut modifier dans votre contenu, pour atteindre une qualité défiant toute concurrence !

La rédaction pour le web : en conclusion

Vous connaissez maintenant toutes les astuces qui vous permettront de bien écrire pour le web, et d’améliorer votre rédaction sur Internet.

Et si par malchance, vous êtes en panne d'inspiration, lisez notre guide pour combattre efficacement le syndrôme de la page blanche.

Il ne vous reste plus qu’à utiliser votre contenu à bon escient, pour optimiser votre référencement et l’image de votre marque. 

Vous deviendrez sans aucun doute rapidement un rédacteur web efficace et talentueux !

Emma Delattre
Brand Manager Junior
Brand Manager Junior, je cherche à faire un maximum de bruit autour de notre outil. Créatrice de contenu, la rédaction n'a (presque) plus de secret pour moi.

Dernière mise à jour : 14 juin 2023

Créer un site simplement

  • Lancement immédiat
  • Création intuitive
  • Assistance express